Loading…

Mariage precoce : Madagascar se trouve sur la bonne voie


Selon l'UNICEF, plus de 40% des adoscentes malgaches se marient avant l'âge de 18 ans et 10% d'entre eux avant l'âge de 25 ans.



Mariage precoce : Madagascar se trouve sur la bonne voie
Madagascar : Plus de 40% des enfants se marient avant l’âge matrimonial

Selon l’UNICEF, Madagascar occupe le 13ème rang mondial en matière de taux de prévalence du mariage des mineurs. Selon cette organisation mondiale, plus de 40% des adolescentes malgaches se marient avant l’âge de 18 ans, tandis que 12% d’entre eux avant l’âge de 25 ans.


Les facteurs favorisant le mariage précoce au sein du pays

Le mariage des mineurs est lié à la discrimination sexuelle et à la perception selon laquelle les femmes et les filles sont en quelque sorte inférieures aux hommes et aux garçons. À Madagascar, le mariage des enfants est également déterminé par l'inégalité des sexes. Parmi les facteurs les plus fréquents, il y a :


  • La pauvreté

Selon des enquêtes récentes, plus de 80% de la population malgache vit en dessous du seuil de pauvreté. Les filles vivant dans les zones rurales et dans les ménages les plus pauvres ont tendance à se marier à un âge plus précoce. En effet, le mariage est souvent utilisé par les parents comme un moyen de la charge financière perçue par une fille dans une famille.


  • Coutumes traditionnelles

Malgré que le pays ait adopté une nouvelle loi fixant l’âge matrimonial à 18 ans, nombreux encore sont les individus vivant dans les zones rurales qui ne respectent pas cette disposition légale. Ajouté à cela, les coutumes et les pratiques sociales favorisent toujours le mariage des mineurs. Celui-ci est souvent décidé par les parents sans le consentement de leur fille, ce qui prive cette dernière de leur droit de se marier librement.


  • Le manque d'éducation

Les filles ayant un niveau d'éducation inférieur sont beaucoup plus susceptibles de se marier avant l'âge de 18 ans. Une étude réalisée en 2015 a montré qu'une année supplémentaire de scolarité à Madagascar retarde le mariage d'un an et demi.

Qu'est-ce que ce pays s'est engagé à réaliser ?

Madagascar s’est engagé à abolir le mariage des mineurs, le mariage précoce ainsi que le mariage forcé d’ici 2030, conformément à la norme 5.3 des objectifs de développement durable. Toutefois, le gouvernement n’a pas fait le point sur les progrès accomplis dans la réalisation de cet objectif lors de l’examen national effectué dans le cadre du Forum politique de haut niveau en 2016.


Madagascar a coparrainé les résolutions de 2013 et 2014 de l'Assemblée générale des Nations unies sur le mariage des enfants, le mariage précoce et le mariage forcé, ainsi que la résolution de 2013 du Conseil des droits de l'homme sur le mariage des enfants, le mariage précoce et le mariage forcé. En 2014, Madagascar a signé une déclaration commune au Conseil des droits de l'homme appelant à une résolution sur le mariage des enfants.


Madagascar a ratifié la Convention relative aux droits de l'enfant en 1991, fixant l'âge matrimonial à 18 ans, et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) en 1989, qui oblige les États à garantir le libre et plein consentement au mariage.


En 2015, le ministère responsable de la promotion de la femme a lancé la campagne de l'Union africaine pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique. Cette campagne prévoit de travailler avec des partenaires, la police, les décideurs politiques, les associations de femmes, les communautés locales et les chefs traditionnels pour mettre fin à la violence sexiste, notamment au mariage des enfants.


En 2005, Madagascar a ratifié la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant, dont l'article 21 définit l'interdiction du mariage des enfants.


Madagascar est l'un des 20 pays qui se sont engagés à mettre fin aux mariages précoces d'ici à la fin de 2020 dans le cadre de l'engagement ministériel sur l'éducation sexuelle complète et les services de santé sexuelle et reproductive pour les adolescents et les jeunes en Afrique orientale et australe.


Lors de son examen périodique universel de 2014, Madagascar a soutenu les recommandations visant à améliorer la protection constitutionnelle et législative relative au mariage des enfants.


Commentaire

Ajouter commentaire